Crypto monnaies : les grandes bases

  • par

Cet article sur les crypto monnaies est à visée des curieux désireux d’en apprendre plus et d’essayer de comprendre le monde des crypto monnaies. Cet article présente les grandes bases de ce secteur de manière simplifiée afin de mettre les crypto monnaies à portée de chacun.  

 

DISCLAIMER : Cet article ne représente en rien un conseil en investissement.

En aucun cas cet article ne saurait constituer une incitation à investir. A ce titre, la prestation réalisée ne saurait être assimilée à un service de conseil en investissements au sens de l’article L 321-1 paragraphe 5 du Code Monétaire et Financier ou de recherche en investissements, d’analyse financière ou toute autre forme de recommandation générale concernant les transactions sur instruments financiers au sens de l’article L 321-2 paragraphe 4 du même Code.

Les crypto monnaies sont à l’origine des systèmes de paiement décentralisés, soit en quelque sorte des monnaies qui ne sont pas faites de pièces ou de billets physiques. Les monnaies que l’on utilise tous les jours (euros, dollars, yuans…) sont liées à des banques centrales d’Etat, de gouvernements chargés de les créer et de créer des transactions. Les crypto monnaies sont des monnaies indépendantes de tout cela.

Cependant, ce n’est pas parce qu’elles ne sont pas gérées par des Etats ou des banques qu’elles ne sont pas régulées. Ce qui permet leur régulation est ce qu’on appelle la Blockchain.

La Blockchain est une technologie prometteuse qui pourrait bouleverser notre économie encore plus que l’intelligence artificielle bouleverserait notre société.

 

Mais pourquoi la blockchain est-elle révolutionnaire et que fait-elle pour les crypto monnaies ?

Quand on fait un achat dans la vie de tous les jours, on paie soit en espèces, soit par chèque, soit par carte bancaire ou avec nos téléphones. Dans les deux derniers cas, un intermédiaire, la banque, vérifie la transaction (si l’on a l’argent, etc.). Idem lorsque l’on vire de l’argent via une banque, où les temps de traitement sont parfois longs et fastidieux.

La Blockchain est quant à elle un registre qui note toutes les transactions effectuées et dont l’avantage est d’être disponible publiquement.

Chaque transaction est vérifiée par la blockchain. Il ne peut donc pas y avoir de fausses opérations (par fausse opérations, on entend des opérations où l’on n’a pas assez de fonds ou des opérations vers un portefeuille bloqué), et on ne peut également pas faire disparaitre ou camoufler des opérations.

Ainsi, tout le monde peut voir les transactions effectuées. Pas de panique cependant, car personne ne sait qui détient quel portefeuille (les portefeuilles étant une suite de chiffres et de lettres généralement assez longue). En plus de servir aux transactions financières, la blockchain pourrait donc servir dans de nombreux domaines étant donné qu’elle repose sur une base de données quasi incorruptible.

Quasi incorruptible, car pour la pirater il faut passer par une attaque des 51%. Ainsi, pour hacker le Bitcoin, il faudrait posséder 51% des ordinateurs au service de sa Blockchain, ce qui relève du quasi impossible.

Aujourd’hui, de plus en plus de grandes marques l’utilisent, par exemple pour tracer de A à Z l’origine de leurs produits ou également lutter contre les contrefaçons.

Pourquoi la Blockchain ?

Car elle est schématiquement constituée de blocks et de chaines. Sur les blocks, on inscrit au fil du temps les nouveaux échanges et données de la monnaie. Les chaines servent à relier les blocks entre eux. C’est pour ces raisons qu’on parle de crypto monnaies transparentes et anonymes.

Transparentes car toutes les transactions sont visibles et anonymes parce qu’on ne sait pas qui a fait quelle transaction.

 

Mais comment obtenir des crypto monnaies ?

Il n’existe pas de méthode universelle pour obtenir des crypto monnaies. Cependant, on peut aujourd’hui distinguer 3 méthodes principales : le minage par preuve de travail, le minage par preuve d’enjeu et enfin la mise en place de Masternodes. La plupart des crypto monnaies utilisent une ou deux de ces trois méthodes.

 

Le minage par preuve de travail ou Proof Of Work.

Si vous vous êtes déjà intéressé de près ou de loin à l’univers des crypto monnaies, vous avez sûrement déjà entendu que l’on pouvait les miner. Mais contrairement aux métaux et pierres précieuses, inutile de prendre sa pioche et de partir trimer dans les souterrains, n’en déplaise aux fans de Minecraft.

Le minage par preuve de travail est une activité qui consiste à mettre du matériel informatique au service de la blockchain, pour enregistrer les transactions et sécuriser le système en exécutant des algorithmes de hachage. Généralement, ce sont les processeurs et cartes graphiques (CPU et GPU) qui sont utilisés pour miner par preuve de travail, mais parfois, des ordinateurs spéciaux sont développés (Asics). 

Pour mesurer la puissance de calcul d’un mineur on parle généralement en Hashs, Kilohashs, Megahashs…

Le mineur réalise des calculs énergivores pour la Blockchain. Chaque mineur est donc en concurrence avec les autres pour réaliser le plus de calculs et recevoir en contrepartie de son travail des unités de la monnaie en question à chaque fois qu’un nouveau block est créé pour la Blockchain.

A chaque fois qu’un certain nombre de blocks ont été créés, on assiste alors à ce qu’on appelle un « Halving ». La récompense pour le minage d’un block est alors généralement divisée par deux.

Pour le Bitcoin, le papa des cryptos monnaies, un total de 21 millions de blocks peut potentiellement être miné. Tous les 210 000 blocks, un Halving a lieu. A ses débuts, chaque block miné rapportait 50 BTC. Le premier Halving a eu lieu en 2012, et la récompense est alors passée de 50 à 25 BTC par bloc miné.

Le système de récompense tend vers zéro au fur et à mesure que les séries de 210 000 blocs s’enchaînent. La baisse progressive du montant des nouveaux bitcoins récompensant la création de nouveaux blocs devrait être compensée par le développement des frais de transaction.

 

Le minage par preuve d’enjeu ou Proof Of Stake.

Le minage par preuve d’enjeu est apparu plus tard avec comme argument d’être beaucoup moins énergivore contrairement aux crypto monnaies en preuve de travail.

Alors que la preuve de travail demande aux utilisateurs d’exécuter plusieurs fois les algorithmes de hachage en ajoutant des données au bloc, la preuve d’enjeu demande à l’utilisateur de prouver la possession d’une certaine quantité d’unités de monnaie et de l’immobiliser temporairement pour prétendre à la validation des blocs supplémentaires dans la Blockchain pour toucher les récompenses.

 

Les Masternodes

C’est en lien avec les crypto monnaies en preuve d’enjeu que les Masternodes sont apparus. En effet, les Masternodes sont des serveurs informatiques ou des ordinateurs qui ont pour mission d’assurer le bon fonctionnement d’une blockchain en preuve d’enjeu. Ces derniers stockent une copie de l’ensemble de la blockchain hébergée le réseau. En échange, les possesseurs de ces nœuds sont récompensés avec les nouvelles unités créées à chaque nouveau bloc et avec les commissions du réseau.

 

Enfin, il existe une dernière manière d’acquérir une très grande partie des cryptos monnaies via des professionnels tiers. De plus en plus de sociétés proposent d’acheter et de trader des crypto monnaies directement contre des euros tel un loup de Wall Street des temps modernes. Mais gare aux arnaques et plateformes aux frais abusifs.

 

Concrètement, qu’est ce que les cryptos monnaies changeraient à nos vies de tous les jours ?

Dans un monde où l’utilisation d’une crypto monnaie serait majoritaire pour les échanges, les transactions de la vie de tous les jours seraient quasi instantanées, finis les 3 à 5 jours ouvrés pour les virements. De plus, toutes les transactions effectuées seraient notées et enregistrées dans la Blockchain. Donc, tout détournement ou blanchiment d’argent laisserait une trace publique intemporelle.

 

Le monde des crypto monnaies est donc un sujet très vaste, et définir l’ensemble de cet écosystème et sa complexité en un seul article relève d’un défi impossible. Mais si vous êtes désireux d’en apprendre plus sur ce thème, internet regorge d’articles et de vidéos explicatives sur le sujet.

 

Maxime Lafontaine